Accès 
Administration du CLUB
Adhésions

et archives Internet
Généalogie et Histoire

SITE INTERNET JUMELÉ : http://www.stromainlepuy-histoire.fr/
 
 

Préambule.
 
La généalogie est la « liste des membres d'une famille établissant une filiation » ou la pratique qui a pour objet la recherche de la parenté et de la filiation des personnes. La généalogie est considérée comme une science auxiliaire de l'histoire. Historiquement, elle était utilisée par les gens aisés pour établir la noblesse de sang d'un individu......
 
 "A l'aube de notre vie et pour ne pas rejoindre nos Ancêtres sans les connaître, plongeont nous pour voir, ....pour les rencontrer..... et " l'adrénaline d'Eureka " fera le reste.
Au fil de nos recherches , peut_être  irons nous de surprise en surprise le tout couronné probablement par une certaine ignorance  de nos origines.
Moi, Gérard, Webmestre de ce site, qui ne connaissait de mes ancêtres, que je n'ai jamais connus, que le cimetière d'un vieille commune et quelques évocations lointaines de ma défunte mère, je me suis mis à rêver sur le temps qui passe. J'ai remonté le temps, découvert le labeur, la détresse, la foi mais aussi les honneurs et la puissance. J'ai "visité " des villages du Forez, du Pilat, du Haut Velay, le Lyonnais, le Languedoc entre autres et "rencontré" : laboureurs, fraiseur de sabots, meunier, écuyer, seigneurs, avocat défenseur de Monastères, Optimate du roi, Vicomte, Sénateur Romain,  Préfet du Prétoire des Gaules et enfin ....entre autres....Nathanaël, un galiléen appelé par Jésus pour devenir son disciple...
Même si je pense que mon étude est proche de la réalité, je ne pensais pas que du sang noble, aussi peu soit-il , puisse couler dans mes veines. Personne n'a le monopole de la vérité,  moi pas plus qu'un autre.
Alors, vous aussi vous découvrirez à travers les différentes branches de vos ancêtres la complexité de votre existance. L'espace d'un moment, d'une recherche vous allez exhumé des souvenirs, vivre ou revivre avec des proches, inconnus bien souvent, qui eu aussi revivrons, l'espace d'un instant, dans notre monde à vos cotés. N'est ce pas là une certaine reconnaissance envers ceux qui  nous ont fait . Faites les revivre , mettez les en pleine Lumière montrez leur qu'ils ne sont pas mort pour rien . Vous verrez ! vos recherches feront peut- etre   de vous quelqu'un d'apaisé qui se connais encore un peu plus, sùr et peut-être fier de ses origines. Quelqu'un qui pourra chaque jour se dire; JE SUIS MOI et personne d'autre......
JE SAIS QUI JE SUIS et JE SAIS D'OÙ JE VIENS."
 
   
   
   
   
Principes et fondamentaux (1)
Quelle généalogie ?.
Faire sa généalogie ou faire son arbre sont des expressions souvent employées. Mais elles englobent de multiples possibilités. Vous êtes libres de construire votre généalogie comme bon vous semble :

Généalogie ascendante
La généalogie ascendante globale, qui consiste en partant de soi-même, à rechercher le plus grand nombre de ses ancêtres... et ils vont rapidement devenir très nombreux, car leur nombre double à chaque génération
  • 2 parents,
  • 4 grands-parents,
  • 8 arrière-grands-parents, etc...,
Cela fait plus de 500 personnes à identifier pour atteindre le début du XVIIIe siècle.
 

La généalogie ascendante limitée aux porteurs de son nom (ou généalogie agnatique)
Il s'agit simplement de remonter de père en père, le plus loin possible dans le temps.

La généalogie ascendante limitée aux femmes (ou généalogie cognatique)
De la même façon, vous remontez de mère en mère.
La généalogie descendante :
La recherche globale, qui consiste, à partir d'un couple d'ancêtres que vous choisissez, de rechercher tous leurs descendants... qui sont aussi vos cousins. Elle se révèle plus difficile à établir en raison de la dispersion géographique des familles depuis un siècle.

La descendance agnatique : vous ne recherchez que les descendants mâles, et restez donc concentré sur un seul nom de famille


 
La descendance cognatique : probablement la quête la plus rare, qui consiste à ne rechercher que des descendantes, par les femmes, d'où une multiplication des patronymes.

Les premiers pas

Avant toute démarche, il faut d'abord noter ce que l'on sait déjà. Pour cela, commencez par quelques démarches évidentes :

  • Collectez tous les documents familiaux en votre possession qui vous permettent de faire un premier point :
  • Livrets de famille,
  • Livret chrétien
  • Livrets militaires
  • Carte d'identité, passeport
  • Acte de successions
  • Actes d'état civil
  • Papiers divers (correspondances, faire-part de naissance, mariage, décès, etc).
  • Interrogez votre famille, en fonction de l'âge ou vous démarrez votre généalogie, le nombre de proches diminuera
  • Les grands-parents et les parents
  • Grands-oncles et grandes-tantes, oncles et tantes
  • Cousin(e)s plus ou moins âgées, frères et soeurs
Ils vous permettront d'avoir des informations et des souvenirs, des ont-dits dont il faudra analyser et vérifier chaque information.
  • Arbre généalogique, vous aurez peut être la chance d'en trouver un, il faudra vérifier toutes les dates et informations.

À ce stade, votre généalogie sera peut-être bien avancée et surtout vous aurez fait l'essentiel : débuter

Idées reçues, règles et conseils

Tout a été détruit à la Révolution

C'est complètement faux, les archives françaises sont pour la plupart très bien conservées, avec quelques exceptions notables il est vrai, comme celles de la ville de Paris, dont les deux exemplaires ont brûlé en grande partie pendant la Commune de Paris, en 1871 et d'autres archives qui ont été inondées en 1910, comme les archives des villages (villes) détruits ou envahis suite à des guerres.

Variabilité de mon patronyme

Mon nom s'orthographie avec 1 "T" et 2 "L" donc si j'en trouve un avec 2 "T" et 1 "L" ce n'est pas la même famille : faux également, :L'orthographe des noms propres a de tout temps varié, certains se déformant plus que d'autres. Il n'existait pas de règle écrite, et les scribes écrivaient de façon phonétique.
  • La France est majoritairement rurale, la population ne sait pas lire ni écrire, peu d'hommes et de femme signent.
  • Le curé ou l'officier d'Etat-Civil peut écrire le nom avec une orthographe différente, deux fois sur le même acte.
  • L'officier d'Etat-Civil n'est pas originaire de la région où il officie, et ne connaît pas les particularités de celle-ci. Le nom a pu être changé.
  • ex : Kdrian (actes en Bretagne), correspond réellement à Kerdrian, mais je m'appelle Kdrian !!!
  • Deux individus avec le même nom ne sont pas forcement de la même famille. Les noms évoluent, se transforment et peuvent se ressembler aujourd'hui et avoir été totalement différents il y a quelques siècles.
  • Ma famille a pu migrer et faire évoluer le nom pour s'adapter aux spécificités régionales ou du pays.
  • Ce n'est en réalité qu'avec la création du Livret de famille dans la période 1872-1884 que l'orthographe des patronymes se stabilisa réellement.

Ma famille a toujours vécu dans le même département ou la même région

  • Quelquefois on a des surprises sur l'origine de sa famille :
  • Les départements n'existent que depuis 1789, la France était divisée en provinces qui ne correspondaient pas aux divisions administratives actuelles.
  • Pour le travail, les familles se déplaçaient de village (ville) en village (ville). Ils changeaient aussi de régions.
  • Ils avaient beaucoup d'anciens métiers qui promenaient les populations (colporteurs, forains, bateliers, journaliers...)
  • Les guerres pouvaient aussi faire déplacer des personnes françaises et étrangères, qui restaient souvent dans le lieu d'accueil.

Le classement est fondamental

Si vous vous organisez dès le départ de façon efficace, vous amasserez rapidement de nombreux documents, il faudra les classer pour pouvoir les retrouver facilement. En fonction de votre âge et de vos facilités à utiliser l'ordinateur, vous utiliserez des méthodes différentes :

  • Fiches et boites & classeurs (spécial archives) pour garder vos documents et vos actes originaux
  • La France se numérise, les archives créent des liens permanents qui nous permettent de retrouver rapidement certains actes, si tel n'est pas le cas, en sourçant correctement votre arbre, vous retrouverez facilement les actes. Donc ne gardons que l'essentiel, les papiers de famille que seul vous avez.
  • L'ordinateur, vous permettra de conserver des captures d'écran, photographies, ou scan d'actes d'Etat-Civil et paroissiaux. Il faudra attribuer un n° pour le classement qui pourrait être :

Saisie de votre arbre

En fonction de vos compétences informatiques ou non, vous pouvez saisir votre arbre de plusieurs façons :

  • Fiches et classeurs pour ceux que l'informatique rebute
  • Logiciels informatiques, installés sur votre ordinateur, ils vous permettront de saisir votre arbre au fur et à mesure de vos recherches, voir Logiciels de généalogie
  • Site en ligne : voir Sites de références, ils vous permettent de saisir directement en ligne, en mode privé ou non, en réseau, ou d'importer un fichier GEDCOM
Sauvegarde de son arbre

Si vous utilisez un logiciel de généalogie, sauvez régulièrement votre arbre en format GEDCOM. Enregistrez-le hors de votre ordinateur, sur un disque dur externe, clés usb, un site de stockage en ligne (cloud), tous les marques d'ordinateurs récents offrent des stockages style cloud gratuits.

Un arbre saisie ou exporter d'un Gedcom sur Geneanet, les fichiers envoyer sur Geneanet sont récupérables à tout moment

Sourcez votre arbre

Votre arbre doit être bien sourcé pour plusieurs raisons :

  • Pour vous permettre de retrouver plus facilement les informations, en ligne ou chez vous
  • Pour comparer avec d'autres généalogistes ayant des ancêtres communs
  • Pour permettre si votre arbre est en ligne en mode public, d'aider un futur généalogiste, de lui donner une piste
  • Pour permettre à un de vos descendants après votre décès de continuer votre travail

Vérification des données internet

  • La multiplication des données sur internet, le copier/coller des données a engendré beaucoup d'erreurs dans les arbres, aussi la vérification est un acte essentiel du généalogiste. Il vous faudra vérifier
  • Les dépouillements réalisés par des tiers, associations, l'erreur est humaine, les erreurs peuvent engendrer des cascades de non information
  • Les arbres inscrits en ligne, surtout ceux peu sourcés.

Savoir renoncer momentanément

Quelquefois on se retrouve bloqué :

  • Pas d'archives paroissiales au delà d'une certaine date
  • Archives notariales disparues
  • Rien dans les autres fonds d'archives
  • Peu d'informations, dates et nom d'ancêtres
  • Manque d'inspiration, fatigue de lecture...

C'est un peu comme la page blanche pour un écrivain, chaque généalogiste peut être un jour confronté à cette réalité, n'hésitez pas dans ce cas là à stopper momentanément cette branche, revenez y plus tard. Quelquefois en

  • Relisant les actes, on oublie de noter une information essentielle, qui est là sous notre nez
  • Faisant des recherches sur les collatéraux (parrains, marraines, frères & soeurs, témoins, cousins, cousines...) on peut récupérer l'information clé qui nous permettra d'avancer
  • Les Archives sont riches en fonds, autre que les registres paroissiaux et notaires, n'hésitez pas à regarder les successions et inventaires des seigneurs, comtes, marquis des paroisses de vos ancêtres, ceux-là régnaient et géraient 80 % des français sous l'ancien régime, vous y trouveriez des pistes et des informations historiques très utiles pour votre généalogie.

Lire correctement les actes

Beaucoup de généalogiste à tord se contente de prendre les informations :

  • Date (la première qu'il trouve)
  • Nom et prénom des protagonistes + parents, époux, épouse..

sans lire la totalité de l'acte, c'est un tort, les erreurs, peuvent s'amasser. Il faut lire l'acte en entier, sous l'ancien régime, vous ne trouverez pas un curé qui écrira un acte de la même façon, et chaque ancêtre a une histoire, une parenté différente.

Dans un acte de mariage paroissial, vous pouvez trouver :

  • Date de fiançailles
  • Date de bans de mariage
  • Date de demande dispense de consanguinité
  • Nom de l'évêque, lieu
  • Date d'acceptation de dispense
  • Date d'un contrat de mariage
  • Date de mariage
  • Nom des époux
  • Parents
  • Noms des témoins

La date de mariage peut du coup se retrouver complètement à la fin de l'acte. Il faut se méfier des curés.... Noter toutes les informations sur des fiches, un cahier, dans votre ordinateur, vous ne le regretterez pas...